بسم الله الرحمن الرحيم Soyez les bienvenues, je vous remercie à l'avance pour votre visite et vos commentaires. N'oubliez pas de vous inscrire à ma newsletter pour être prévenu dès qu'il y aura un nouvelle article.
17 juillet 2015

Le jeûne de six jours de Shawwal

Le jeûne de six jours de Shawwal

chawwel01

 


Parmi les bonnes actions après le mois de Ramadan,  Le jeûne de six jours de Shawwal qui est une sunna désirable mais pas une obligation. Recommandé, ce jeûne possède un mérite immense et génère une grande récompense dans la mesure où celui qui le jeûne verra inscrit à son profit la récompense du jeûne d’une année entière d’après un hadith authentique du Prophète rapporté par Abou Ayyoub selon lequel le Messager d’Allah a dit :
« Quiconque jeûne le Ramadan et le fait suivre par le jeûne de six jours de Shawwal est comme quelqu’un qui a jeûné tout le temps » [ Rapporté par Mouslim, Abou Dawoud, at-Tarmidhi, An-Nassaï et Ibn Madja ].
Le Prophètea expliqué le hadith précédent en ces termes :
« Celui qui jeûne six jours après la rupture du jeûne de Ramadan a complété l’année : « Quiconque accomplit un bienfait le verra multiplier par dix ».

Le mois de Ramadan a rempli nos âmes d’un grand bien, il a nettoyé les coeurs et purifié les âmes ; celui qui a profité du mois de Ramadan, sa vie après le mois de ramadan sera mieux qu’avant ce mois ; parmi les signes qui montrent que les bonnes actions sont acceptées, le fait d’accomplir d’autres bonnes actions, et parmi les signes du rejet des actions, le fait de recommencer à commettre des péchés après les adorations ; donc, mon frère le jeûneur, fais que le mois de Ramadan soit un début pour que tu accomplisses de bonnes actions toute l’année, sois affectueux envers tes parents, rends visite à tes voisins et à tes frères, aide l’opprimé, occupe-toi de l’orphelin, réconcilie les gens, donne à manger aux pauvres, encourage ceux qui sont dans les difficultés à la patience, mets le bonheur dans le cœur des malades et des blessés, rends visite aux gens de ta famille, et accomplie le bien comme tu l’accomplissais pendant le mois de Ramadan.

Nous avons appris pendant le mois de Ramadan les meilleures leçons, et entendu les sermons les plus touchants ; nous avons appris à combattre les tentations du diable en contrôlant notre âme bestiale.

Nous avons appris à éviter les disputes et les causes de la séparation, les rangs étaient alignés pendant le mois de Ramadan comme un seul corps, donc, nous ne devons pas nous séparer après le mois de Ramadan.

Les yeux ont versé des larmes pendant le mois de Ramadan, donc, faites attention pour que les larmes ne s’assèchent pas ; les mosquées étaient remplies et les langues invoquaient Allah en témoignant de Son unicité, en Le louant, et en Lui adressant des demandes, donc, nous devons continuer ainsi.

Nous avons eu les qualités des pieux pendant le mois de Ramadan, la modestie, la dévotion, la tranquillité, la crainte, donc nous ne devons pas les remplacer par les mauvaises qualités, l’orgueil, le refus de la vérité, l’ignorance ; nous avons fait des dons et dépensé notre argent, donc ne soyons pas avares après le mois de Ramadan.

Une autre version dit :
« Allah multiplie les bienfaits par dix : 1 mois = 10 mois et 6 jours = 60 jours [2 mois] = 12 mois. Voilà une année complète » [rapporté par an-Nassaï et Ibn Madia et cité dans Sahih at-Targhib wa at-Tarhib; 1/421 et rapporté par Ibn Khouzayma en ces termes] :
« Le jeûne du mois de Ramadan vaut 10 mois et le jeûne des six jours 2 mois, ce qui constitue une année complète ».
Parmi les importants avantages du jeûne des six jours de Shawwal figure la compensation des lacunes du jeûne obligatoire. En effet, le jeûneur ne peut pas échapper à la négligence et au péché qui pourrait avoir une incidence négative sur son jeûne. Au jour de la Résurrection, on utilisera les actions surérogatoires pour combler les lacunes constatées dans les pratiques obligatoires. C’est à ce propos que le Prophètea dit :
« La première chose au sujet de laquelle on fera subir un règlement de compte aux gens sera la prière... Notre Maître Puissant et Majestueux dira à Ses anges - alors qu’Il en sait plus qu’eux - : « Examinez les prières de mes serviteurs pour savoir s’il les a faites de façon complète ou incomplète ». Si elles s’avèrent complètes, elles seront enregistrées telles quelle. Si elles s’avèrent incomplètes, le Maître dira : « Regardez si mon serviteur a accompli des œuvres surérogatoires. Si tel est le cas, utilisez-les pour compléter ses œuvres obligatoires ». Voilà comment les œuvres seront traitées ». [Rapporté par Abou Dawood].

Qu'Allâh nous guide sur le droit chemin, le chemin tracé par Son Noble Messager, Ses Compagnons, et ceux qui les ont suivis, Allâhumma Âmîn.

Wa Allâhou A'lam !

Et Dieu est Plus Savant !

 

 

 

Posté par isysm à 21:23 - - Commentaires [0]
Tags :

Les règles du jour de l’Aïd

Les règles du jour de l’Aïd 

aidalfitre01

 

Allah  a révélé dans le Coran : « Réussit, certes, celui qui se purifie, et se rappelle le nom de son Seigneur, puis célèbre la salaat » (Sourate Al-Ahlaa. Verset 14 et 15). En d'autres termes, Allah réserve Sa récompense à ceux qui, après avoir jeûné, ont libéré leur aumône de fin de Ramadan, pris la direction du lieu de prière en se rappelant le nom de leur Seigneur et ensuite ont accompli la prière de la fête.

Ce jour de fête est un grand jour ; un jour de joie et de bénédiction, un jour de miséricorde et de récompense pour ceux qui ont jeûné tout le mois de Ramadan, rien que pour l'amour d'Allah, « Lui qui veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d'Allah pour vous avoir guidés et afin que vous soyez reconnaissants » (Sourate Al-Baqarah, verset 185). Craignez Allah et soyez reconnaissant envers Lui qui vous a donné la force physique et morale pour jeûner le mois de Ramadan. Implorez son pardon et sollicitez de Lui l'agrément de vos dévotions accomplies durant ce mois sacré.    

   Allah vous a prescrit le jeûne afin que vous atteigniez la piété. En ce jour de rassemblement hautement symbolique, rappelez-vous qu'inéluctablement, il viendra soudainement un Jour où toutes les créatures seront rassemblées devant le Créateur Suprême, un jour de vérité et de justice que chaque croyant se doit de préparer. C'est pour reprendre la Parole d'Allah : « le jour où l'homme verra ce que ses deux mains ont préparé »

Pour atteindre la Félicité Sublime, il faut accomplir de bonnes oeuvres sur terre. Toute personne qui durant le mois de Ramadan aura préservé son être de toute forme de péché, qu'il continue et persévère dans cette voie. Car Allah est Unique, Il est le Seigneur Omniprésent, aussi bien durant le mois de Ramadan que durant les autres mois de l'année et Il est, de tout, Omniscient.
Par conséquent,  Veillez au respect scrupuleux des cinq prières quotidiennes; acquittez-vous de l'aumône légale (zakat) car elle purifie vos richesses ; quiconque en a la possibilité, qu'il accomplissse le pélerinage aux Lieux Saints de l'Islam ; respectez les prescriptions d'Allah et unissez-vous autour de Lui dans la fraternité et la concorde.
« Soyez Ses serviteurs et des frères les uns pour les autres car le musulman est frère du musulman ; il ne l'opprime pas, ne l'abandonne pas, ne lui ment pas, ne le méprise pas. La crainte d'Allah, eh bien, c'est ici qu'elle siège» (Rapporté par Mouslim). 
Faites la charité, honorez les orphelins et raffermissez les liens de parenté ; «Craignez votre Seigneur qui vous a créés à partir d'un seul être » (Sourate An-Nisa, verset 1)  et soyez bienfaisants comme Il vous l'a prescrit, Lui qui a dit : «Certes, Allah est avec ceux qui L'ont craint avec piété et ceux qui sont bienfaisants » (Sourate An-Nahl, verset 128).

 Ce jour de fête est un jour béni où le Seigneur répand abondamment Ses Grâces.
Le vertueux compagnon du Prophète SWS, Saad Ibn Aws Al-ansari a rapporté de son père ce hadith du Messager d'AllahSWS : « A l'occasion du jour de la fête, les anges se placent aux portes des routes et lancent cet appel : Ô croyants ! Allez vers votre Seigneur le Généreux, Celui qui vous gratifie et ensuite vous récompense ; Il vous a prescrit la prière nocturne, et vous avez prié durant le mois de Ramadan ; Il vous a prescrit le jeûne et vous avez jeûné ; vous Lui avez obéi, alors recevez votre récompense. A la fin de la prière, cet appel sera lancé : « Votre Seigneur vous a accordé Son pardon,  retournez sereinement à vos occupations car c'est aujourd'hui le jour de la récompense. Et il est considéré au Ciel comme le jour de la récompense ».

 La finalité du jeûne réside dans la piété (taqwaa). Il fut demandé au calife Ali la signification de la piété. Il donna la réponse suivante : « la piété, c'est le fait de craindre Allah, de respecter les prescriptions coraniques, de se satisfaire de peu et de se préparer pour le jour du voyage sans retour ».
Alors, craignons Allah en public comme en privé car rien de ce que nous faisons ne Lui échappe : observons les prescriptions du Saint Coran ; soyons satisfaits de ce qu'Il nous a accordé quelqu'en soit l'importance et préparons-nous quotidiennement pour le jour où nous quitterons ce monde et ce, en respectant Ses injonctions et en nous éloignant de Ses interdits. Voilà le comportement de celui qui aspire à l'amour d'Allah; à Sa Satisfaction et à la Félicité Sublime. 

Le jeûne : Il est illicite de jeûner le jour de l’Aïd selon le hadith d’Abou Sa`îd Al-Khudrî  dans lequel il rapporte que le Prophète SWS a interdit de jeûner le jour du Fitr et le jour de l’al-Adhâ.  (Rapporté par Muslim, 827) 

Assister à la prière de l’Aïd : Certains savants sont d’avis que la prière de l’Aïdest Wajib (obligatoire) — ceci est l’opinion des savants hanafites et de Cheikh al-Islam Ibn Taymiyah. D’autres savants disent qu’elle est fard Kifâyah Ceci est l’opinion des savants hanbalites. Un troisième groupe de savants est d’avis que la prière de l’Aid est une sunnah mu’akkadah . Ceci est l’opinion des Malékites et des Chafé’ites. 

Accomplir des prières surérogatoires : Il n’y a pas de prières surérogatoires à accomplire avant ni après la prière de l’Aid. Ibn `Abbâs a rapporté que le Prophète SWSavait l’habitude de sortir le jour de l’Aïd et de faire deux rak`ahs sans les faire précéder ni suivre d’aucune autre prière. Ceci s’applique lorsque la prière est effectuée à l’extérieur. Cependant, si la prière de l’Aïd est effectuée dans une mosquée, il faut accomplir les deuxrak`âhs de salutation de la mosquée. 

Les femmes qui assistent à la prière de l’Aïd : Selon la Sunnah du ProphèteSWStout le monde doit assister à la prière de l’Aïd et se comporter avec droiture et piété. La femme indisposée ne doit pas négliger le rappel d’Allâh ni éviter les lieux où l’on se rassemble pour rechercher la science et évoquer Allâh — à l’exception des mosquées. Les femmes, bien entendu, ne doivent pas sortir sans leur hijab.

Les bienséances de l’Aïd :

Le Ghusl (le bain rituel) : Une des bonnes manières lors du jour de l’Aïd est de prendre le bain rituel avant de se rendre à la prière. On rapporte que Sa`îd Ibn Jubayr a dit : « Trois choses sont sunnah le jour de l’Aïd : marcher (vers le lieu de prière), prendre le bain rituel et manger quelque chose avant de sortir (s’il s’agit de l’Aid al-Fitr). » 

Manger avant de sortir : Il est recommandé de ne pas manger avant la fin de la prière lorsqu’il s’agit de manger la viande du sacrifice. 

Le takbîr le jour de l’Aid : C’est une des plus grandes sunnah de ce jour. Ad-Dâraqutnî et d’autres ont rapporté que lorsque ’Umar  sortait le jour de l’Aïd al-Fitr ou de l’Aïd al-Adhâ, il s’efforçait de faire le takbir tout le long du chemin vers le lieu de prière et il continuait jusqu’à l’arrivée de l’Imam. 


Se féliciter mutuellement : Les musulmans pourront échanger des vœux, peu importe la forme. Ils peuvent, par exemple, dire « Taqabbal Allâhu minnâ wa minkum» (qu’Allâh agrée nos bonnes actions et les vôtres)". Jubayr Ibn Nufayr a dit : « Au temps du Prophète SWS lorsque les musulmans se rencontraient le jour de l’Aïd, ils disaient ’Taqabbal Allâhu minnâ wa minka’ » (Rapporté par Ibn Hajar) 
Porter ses plus beaux vêtements : Jâbir a dit : "Le Prophète SWS avait une cape qu’il portait le jour de l’Aïdet le vendredi." Al-Bayhaqî a rapporté qu’Ibn `Umar portait ses plus beaux vêtements le jour de l’Aïd, les hommes pouvaient alors montrer les plus beaux vêtements qu’ils possédaient lorsqu’ils sortaient pour la prière. 
Changer de chemin en revenant du lieu de prière : Jâbir Ibn `Abdillah  a rapporté que le ProphèteSWS empruntait un chemin différent en revenant de la prière de l’Aïd. (Rapporté par Al-Bukhârî)"

Qu'Allâh nous guide sur le droit chemin, le chemin tracé par Son Noble Messager, Ses Compagnons, et ceux qui les ont suivis, Allâhumma Âmîn.

Wa Allâhou A'lam !

Et Dieu est Plus Savant !

 

Posté par isysm à 08:00 - - Commentaires [0]
Tags :
16 juillet 2015

L'importance de Zakat al-fitr

L'importance de Zakat al-fitr

bismy_allah3

zakate_al_fitre

Dieu a dit : “Les aumônes sont destinées : aux pauvres et aux nécessiteux, à ceux qui sont chargés de les recueillir et de les répartir, à ceux dont les cœurs sont à rallier, au rachat des captifs, à ceux qui sont chargés de dettes, à la lutte dans le chemin de Dieu et au voyageur. Tel est l'ordre de Dieu. Dieu sait et il est juste."  S 9, V 60.

Il y a donc huit catégories de personnes/objets ayant droit à la zakât” .

L’institution de zakât al-fitr, ou aumône-impôt purificatrice de la rupture du jeûne, est une institution socio-religieuse aussi ancienne que celle du jeûne du mois de ramadân (an II de l'Hégire), dont, au demeurant, elle est partie intégrante.

Abd Allâh ibn 'Abbâs a dit: « Zakât al-fitr a été prescrite pour purifier le jeûneur de ce qu'il aura pu proférer comme paroles vaines (laghw) ei propos vilains (rafath), et pour permettre aux   pauvres d'avoir quelque chose à manger. Pour qui s'en acquitte avant la prière [de l'Aïd], elle sera une aumône purificatrice agréée par Dieu, et pour qui s'en acquitte après la prière, elle sera une aumône comme toutes les autres aumônes » (rapporté par Abû Dâwûd et Ibn Madjah).

Zakât Al-Fitr permet ainsi aux nécessiteux de passer la fête dans la joie et la paix en leur épargnant de tendre la main ce jour-là. Cet acte de solidarité et de charité assure qu’aucun membre de la communauté ne soit exclu du plaisir des festivités communautaires. LaZakat fait partie de la tradition islamique de générosité et doit nous rappeler de continuer à cultiver la compassion, la générosité et le respect les uns envers les autres quelque soit notre position sociale.

Les hadîths rapportés sur ce thème ont évoqué différents types de provisions de bouche (aqwât) que l'on donne  pour s’acquitter de cette zakâh particulière. à savoir : dattes, orge, fromage, raisins secs, aqit (espèce de pâte de fromage cuite conservable), figues sèches, d'après l'idjtihâd des fuqahâ' mâlikites d'Afrique du Nord et d'Andalousie, etc., à raison d'un sâ' (mesure équivalant à 2,5 kg ou, suivant une autre estimation de la métrologie musulmane légale, un peu moins de 2 kg), que le musulman adulte est tenu de fournir pour lui-même, pour sa femme, pour chacun de ses enfants mineurs (y compris le nouveau-né qui vient au monde avant l'aube du jour de l'Aïd), pour toutes les personnes dont il a la charge (père, mère, domesticité, etc.). Les fuqahâ' s'accordenl sur le caractère obligatoire de cette petite aumône-impôt et affirment que celui qui ne s'en acquitte pas, alors qu'il en possède les rnoyens, se charge d'un péché et en demeure redevable durant toute sa vie.

Pour ce qui se rapporte aux temps et délais de son acquittement, il est, d'après la Tradition (voir hadîth d'lbn 'Abbâs cité plus haut), préférable de payer la zakât al-fitr avant d'aller accomplir la prière de l'Aid—chose qui était aisément faisable du temps du Prophète, parce que les gens se connaissaient bien entre eux et pouvaient de ce fait identifier les pauvres et les nécessiteux du corps social de la communauté musulmane—mais cela n’est point toujours simple de nos jours, pas plus que cela ne le fut d’ailleurs assez tôt  dès que la cité musulmane prlt des proportions et  adopta des structures très différentes et beaucoup  plus complexes que celles de Médine et de toute la péninsule Arabique à l'ère de la Révélation et du califat primitif orthodoxe. Considérant ce genre de difficultés, les fuqahâ' ont donc permis aux gens de s'en acquitter de manière plus libérale pour ce qui concerne le temps de remise aux bénéficiaires: un ou deux jours avant la fin de ramadân, suivant certains avis, à la mi-ramadân, voire dès le début du mois, suivant d'autres, et l'on signalera qu'il s'en est  même trouvé parmi les savants qui autorisaient de le faire avant ramadân ! Tout cela, bien sûr, en réponse aux contraintes d'ordre divers qui pourraient empêcher l’ndividu musulman de s'acquitter de cette aumône. Comme à son habitude, ce haut principe de l'islâm qu'est l'idjtihâd, ou effort de réflexion personnelle, a tenu à s'attacher ici à ce que  l’essentiel, I'objectif (maqsad) social et religieux ait largement le pas sur les détails formalitaires et accessoires, ce qui, bien entendu, n'est pas pour plaire à une certaine catégorie de pseudo-salafistes aux esprits durs, bornés et tout à fait dénués de la vraie et saine culture de l'islâm, qui témoigne du dynamisme théologique puissant et éclairé de la foi et de la pratique musulmanes authentiques.


D'autre part, il n'y a absolument aucun mal — cela est même parfois préférable !— à s'acquitter de la zakât al-fitr en une valeur d'argent au moins équivalente à la quantité de nourriture due, comme cela est le moyen le plus pratique et le plus aisé dans les villes et agglomérations urbaines modernes, pour des raisons de commodités,  de  bon  sens religieux, économique et social, car, comme le souligne un grand  savant  religieux  égyptien  moderne,  « I'essentiel étant de fournir un plus à l'ordinaire des pauvres de la société musulmane ». L'on imagine mal, bien sûr, la mobilisation, à travers tout un pays comme I’Algérie, I'Egypte, le Maroc ou le Nigeria, par exemple. d'une quantité de céréales (si l'on s'attache à la lettre des traditions rapportées, celles-ci doivent être procurées à l’état brut et non pas en farine ou en semoule !!!) ou d’autres denrées, traditionnellement attestées pour et usage, équivalant à un — disons 1,8 kg, comme le fixe officiellement le ministère algérien des Affaires religieuses — de blé, d’orge, de maïs (il y a là aussi extension par assimilation de la liste des denrées, donc dérogation à la lettre !) à multiplier par le nombre de 27 millions d’habitants, voire plus, qui représente   la démographie de l'Algérie et qui devrait alors donner quelque   chose  comme  cinquante-quatre  mille  (54 000) tonnes desdites denrées alimentaires !


Pour mémoire, signalons ici que lorsque les fuqahâ' surent qu'au Maghrib et en Andalousie, les figues étaient séchées et emmagasinées comme provisions de bouche, suivant un procédé millénaire des autochtones berbères, siciliens et autres, ils n'hésitèrent pas à les inclure dans les catégories des produits agricoles soumis à la zakat des biens et, partant, les comptèrent dans la liste des denrées qui pouvaient servir pour payer la zakât al-fitr, dont le sujet nous occupe spécifiquement ici .


Une attitude pareille est fort judicieuse, équitable et de la plus haute intelligence. L'inverse relève de la plus pure et plus flamboyante bêtise, qualité idiosyncrasique dont s'honore avec la plus grande emphase le malheureux bétail des grossiers littéralistes qui accordent énormément plus d'intérêt à l'ombre qu'à la proie elle-même. Si demain les peuples nordiques vivant essentiellement de poissons conservés embrassaient l'islâm et se soumettaient à ses obligations théologiques et rituelles, dont le jeûne de ramadân; ils paieraient leur zâkat al-fitr en poisson ou en  espèces,  suivant  les  possiblités  de chacun, car « Dieu n'impose à chaque âme que ce dont elle est capable » (sourate II  v 28). Cela dit, il faut enfin noter que les bénéficiaires de cette aumône sont, par ordre de préférence, les pauvres parmi les parents, les voisins les plus proches, et  ainsi de suite. Dieu reste Le plus savant.

En vous laissant sous la protection de Dieu, nous vous exhortons à méditer ce verset de la sourate Al-an’âm : " Dis :  certes ma prière, mes actes d’adoration, ma vie et ma mort sont à Dieu, Seigneur des mondes. Il n’a point d’associé."

Qu'Allâh nous guide sur le droit chemin, le chemin tracé par Son Noble Messager, Ses Compagnons, et ceux qui les ont suivis, Allâhumma Âmîn.

Wa Allâhou A'lam !

Et Dieu est Plus Savant !

 

 

Posté par isysm à 16:08 - - Commentaires [0]
Tags :
14 juillet 2015

Les mérites de la nuit du Destin

 

 Les mérites de la nuit du Destin

la_nuit_du_destin

La ferveur dont font preuve les musulmans pour la nuit du Destin (Laylat ul-Qadr) n’a pas d’équivalent. La communauté musulmane, hommes et femmes, petits et grands, personnes âgées et plus jeunes, se préparent à vivre dans la dévotion cette nuit bénie dès le 20e jour du jeûne de Ramadan. 

Consacrée à la prière, à la récitation du Coran et aux invocations, Laylat ul-Qadr se vit en communauté à la Mosquée et nombreux sont ceux qui après la prière du soir(salat ul-‘isha) demeurent à la mosquée jusqu’au lever du soleil après avoir accompli l’office du sobh avec l’imam. 

Les musulmans les plus pieux consacrent aussi quelques jours de retraite (i’tikâf) à la mosquée les derniers jours du mois de Ramadan, imitant ainsi le ProphèteSWS de l’islam. Celui-ci, en effet, selon la Sunna « pratiquait en s’efforçant assidûment dans l’adoration pendant les dix derniers jours de Ramadan comme il ne l’a jamais fait en tout autre temps ». Il s’agit pour les musulmans de suivre les pas du Prophète MuhammadSWS, qui constitue l’exemple par excellence selon les termes même du Coran (« uswatun hassana »), un noble guide. 

 

Une nuit de haute spiritualité,  une nuit bénie, que Dieu évoque en ces termes : "Nous l’avons fait descendre (le Coran) en une nuit bénie". Les musulmans s’y préparent avec joie, ferveur et enthousiasme.

C’est la nuit de l’événement sublime, la révélation et la descente du Coran, le miracle qui a façonné l’histoire. La dévotion au cours de cette nuit équivaut à mille mois de prières. Dieu dit : "Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit du destin (Al-Qadr). Et qui te dira ce qu’est la nuit du destin ? La nuit du destin est meilleure que mille mois. Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l’Esprit, par permission de leur Seigneur pour tout ordre. Elle est paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube".

Au cours de cette nuit, Dieu a décrété tout ce qui arrivera l’année suivante, d’où l’origine du nom : la nuit du destin. Etymologiquement, le mot "Al-Qadr" peut signifier en arabe "une nuit honorable", aussi bien que la référence au décret divin. Abû Hourayra rapporte  les propos suivants du  Messager de DieuSWS: "Quiconque veille en prière la nuit du destin avec foi et conviction aura tous ses péchés passés pardonnés".

Durant cette nuit, Dieu exauce les implorations de ses serviteurs. A la question de ’Aisha posée au Prophète SWS, "Et si je sais sur quelle nuit la nuit du destin arrive, que dois-je dire ? "Il lui répondit : " Dis : Allahoumma Innaka ’Afuwwun Touhibboul-’Afwa Fa’ffu ’anni" Ce qui signifie : "ô Seigneur, Tu es le Clément et tu aimes le pardon, alors pardonne-moi".

Cette nuit de grands mérites et de bénédictions, que Dieu a décrite dans le Coran comme étant « meilleure que mille mois », constitue un jalon central de l’historiographie islamique et rythme le calendrier cultuel de la communauté

La nuit du destin se situe dans les dix derniers jours du mois de Ramadan,  selon Aicha: « Quand la dernière décade de Ramadan commençait, le Prophète avait l’habitude de passer les nuits en prières et éveillait les membres de sa famille, afin qu’ils ne ratent pas les bénédictions et les miséricordes qui y descendent à flot. "Cherchez la nuit du destin, dit le prophète SWS, dans les dix dernières nuits de Ramadan ".   

 

Il est certain, au regard des nombreux hadiths authentiques, que la nuit du destin survient au cours d’une des nuits impaires. A ce sujet, le Prophète SWS souligne : "Cherchez la nuit du Destin parmi les nuits impaires de la dernière décade du mois de Ramadan " [c’est à dire la nuit dont le lendemain correspond au 21, 23, 25, 27 ou 29 de Ramadan]. La majorité des savants de l’islam, s’accordent pour affirmer que la nuit du destin survient plus précisément la 27ème nuit du mois de Ramadan.

Oubay ibn Ka’ab, compagnon du prophèteSWS, jure « connaître cette nuit. C’est la nuit dont le Messager de Dieu SWS nous a ordonné de prier. Elle est la vingt-septième nuit. Son signe est que le soleil se lève le matin brillant sans rayons ".

Un autre hadith d’Ibn ’ Oumar remarque que : " Quelques compagnons du Messager de Dieu ont vu la Nuit du destin en rêve pendant les sept dernières nuits (de Ramadan).Le ProphèteSWS conclue : " je vois que tous vos rêves concordent pour les sept dernières nuits. Que celui qui voudra trouver la nuit du destin, la cherche donc dans les sept dernières nuits ".

Certains savants estiment qu’il faudrait chercher la 21ème nuit, car le ProphèteSWS a vu comme un signe, le fait d’être prosterné dans la boue le matin suivant la nuit du destin. Il a donc effectivement plu la 21èmenuit, au cours de laquelle, il a effectué la prière de l’aube dans la boue. D’autres savants estiment que la nuit du destin n’est pas constante, mais se déplace chaque année. Le savant du Hadith Ibn Hajar a écrit dans son livre Fath al-Bari : "L’avis le plus fort est qu’elle est une nuit impaire dans les dix dernières nuits et qu’elle change constamment".

La quête de l’amour de Dieu passe par l’amour de MuhammadSWS, Sceau de la prophétie: le meilleur gage d’amour de la créature pour son Créateur est de se conformer aux enseignements du Messager d’Allah.

La sagesse que l’on peut déduire de toutes ces traditions, est que la nuit du destin a été dissimulée par Dieu durant les dix dernières nuits du mois de Ramadan, afin que Ses sincères serviteurs témoignent d’une grande ferveur, en se « lançant » avec détermination dans la quête du divin. Il convient d’être constant dans la quête de Son amour, régulier dans notre attachement à Lui, bien ancré dans la spiritualité en vue de se préparer à recevoir les grâces que Dieu voudra bien nous offrir. 

 

Qu'Allâh nous guide sur le droit chemin, le chemin tracé par Son Noble Messager, Ses Compagnons, et ceux qui les ont suivis, Allâhumma Âmîn.

 

Wa Allâhou A'lam !

 

Et Dieu est Plus Savant !

 

 

Posté par isysm à 19:08 - - Commentaires [0]
Tags :
13 juillet 2015

Les merveilles du jeûne

Les merveilles du jeûne


 

 ramadane001

«Ô les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l'a prescrit à ceux qui vous ont précédés, ainsi atteindrez-vous la piété » (Coran 2/183),

Le verset de la tolérance en Islam (sens du verset) : « Nulle contrainte en religion ! […] » (Coran 2/256) n’a été révélé après le plus important verset du Coran, c’est-à-dire le verset du Trône, que pour montrer, et Allah sait mieux, que cette religion n’a pas besoin d’avoir recours à la contrainte – qui est une preuve d’impuissance – pour triompher de toute autre religion en dépit de l’aversion des mécréants. Il est facile à Allah, , qui Se caractérise par la perfection totale, comme Le décrit le verset du Trône, de manifester la splendeur de ses signes afin d’attirer à elle les cœurs, de séduire les esprits et d’amener les gens à reconnaître la grandeur de son témoignage. C’est-à-dire : ne contraignez personne à entrer dans cette religion, mais enlevez le voile qui existe entre les gens et le caractère resplendissant de ses preuves. Ensuite, laissez-les seuls avec elles, car la splendeur de sa lumière captivera les regards et les âmes.
Un homme converti à l’Islam me raconta l’histoire de sa conversion et me dit que la cause de celle-ci avait été le mois de Ramadan. Il me dit qu’il avait été surpris par le comportement des musulmans de son village et par la manière dont leurs visages se tournaient vers le ciel vers la fin du mois qui précède celui du Ramadan, comme s’ils attendaient un signe au-dessus d’eux provenant du Créateur de l’univers afin d’accomplir quelque chose. Et lorsqu’ils apercevaient le croissant de lune, ils se réjouissaient alors énormément comme si on leur avait annoncé une incroyable bonne nouvelle. Je ne m’imaginais pas que la cause de leur joie était qu’ils allaient s’abstenir de jouissances durant toute la journée, et cela, pendant un mois entier. Ces jouissances pour lesquelles les êtres humains se combattent, se livrent à des guerres qui tuent des millions de personnes, et qu’ils allaient prier leur Seigneur dans l’intimité de la nuit. Il dit : « Ce comportement de leur part m’interpella et me frappa. Je me mis alors à jeûner alors que je ne connaissais rien à l’Islam et que je n’avais pas prononcé le témoignage de foi. Je me contentais de m’abstenir de boire, de manger et d’avoir des rapports charnels avec mon épouse lorsque les musulmans se rendaient à la prière du Fajr, puis je rompais le jeûne lorsque j’entendais l’appel à la prière du Maghrib. J’allais prier les Tarâwîh avec eux en les imitant dans leurs gestes, me tenant debout, m’inclinant et me prosternant, mais je ne disais rien. J’y trouvais un apaisement étonnant et une plénitude que mon âme n’avait jamais connue auparavant. La moitié du mois du Ramadan venue, l’imam remarqua que j’étais étranger aux gens et me questionna. Il fut fort surpris de mon histoire et rassembla les gens pour qu’ils m’écoutent. Lorsqu’ils entendirent mon histoire, ils m’enseignèrent l’Islam et je prononçai le témoignage de foi. Ils se mirent alors à glorifier Allah, , et me dirent que je m’étais converti grâce au mois de Ramadan et me nommèrent donc ‘Ramadan’ ! ».
Parmi les étonnants signes d’Allah, , durant le mois de Ramadan, il y a le fait que si tous les philosophes et les penseurs de la terre rassemblaient l’équivalent de la terre en or afin qu’un sixième des habitants du globe s’abstiennent des plaisirs sensuels, se détournent des jouissances de ce monde, se privent de nourriture et se tournent vers leurs âmes pour les purifier de leur attachement au monde matériel pour atteindre la haute moralité que le ProphèteSWS décrit ainsi : 
« Celui qui ne renonce pas au mensonge, aux actes illicites qui en sont la conséquence, et à l’ignorance, Allah n’a que faire qu’il renonce à la nourriture et à la boisson. » (Boukhari). 
Et cela, ne serait-ce que durant une seule journée et non un mois entier, ils avoueraient leur incapacité à faire ce que cette noble religion a réussi à accomplir.
Chaque année durant un mois entier, cette religion supprime le plaisir des ventres et le remplace par la purification des cœurs. C’est pourquoi, et Allah sait mieux, le jeûne a été prescrit durant la journée et non la nuit afin que cette sagesse soit visible aux gens et ne soit pas cachée par l’obscurité de la nuit, dans les maisons des sédentaires et des nomades. Et c’est certes là un signe impressionnant.

Demandez donc à ceux qui appellent les non-musulmans à l’Islam, ils vous raconteront des choses étonnantes et vous diront que le mois de Ramadan est le mois où les gens embrassent en masse la religion d’Allah, .
Parmi les merveilles de ce mois béni, figure le fait qu’Allah, , en fit le moment des plus grandes victoires de l’Islam afin que personne ne dise que le jeûne affaiblit les énergies.

Parmi les merveilles du mois de Ramadan, figure le fait qu’il propage le bien parmi les gens. C’est pourquoi vous constatez que les gens sont bons les uns envers les autres durant ce noble mois. Il n’est comparable en rien avec le reste de l’année et c’est pour cela que la majorité des gens l’appelle « le généreux Ramadan » en raison de l’immense charité et de la bonté qu’ils constatent entre les gens durant ce mois.
C’est pourquoi, et Allah sait mieux, la joie fut prescrite durant le jour de l’Aïd qui le suit et qu’elle fut associée au paiement d’une aumône avant la prière de l’Aïd afin de faire comprendre aux musulmans que la véritable joie est celle qui résulte de la bonté envers les gens et du renoncement à l’avidité de la vie matérielle au profit du don et de la pureté spirituelle.
Parmi ses merveilles, il y a le fait qu’il renouvelle l’harmonie entre le musulman et le message de l’Islam en transformant l’abandon pur et simple de la prédication en l’acte positif le plus bénéfique pour l’humanité. C’est pourquoi vous constatez que le musulman se transforme en prédicateur malgré lui durant le mois de Ramadan. Lorsque les gens autour de lui l’interrogent : « Pourquoi ne manges-tu pas ?! » Il répond : « Parce que c’est le mois de Ramadan et que je jeûne ». Ils le questionnent alors au sujet du jeûne et il leur parle de l’Islam.
Tel est donc l’Islam qui étonne le monde par ses exploits durant le mois de Ramadan lorsqu’il attaque de front la mondialisation matérialiste sauvage qui a détruit culture et bétail et enraciné dans le monde entier la recherche avide de ces trois choses que sont  la matière, les jouissances et le profit. L’Islam l’attaqua de front avec des valeurs telles que la purification de l’âme, le raffinement des mœurs et le bon comportement avec tout le monde.

Ô Allah, fais-nous bénéficier au maximum de la bénédiction du mois de Ramadan. 
Âmîn

Qu'allah nous guide sur le droit chemin,le chemin tracé par son noble MessagerSWS ses compagnaons,et ceux qiu les ont suivis Allahoumma Amin

Wa Allahou A'lam! et Dieu est plus savant!

 

Posté par isysm à 15:03 - - Commentaires [0]
Tags :

10 juillet 2015

Les mérites des dix derniers jours de Ramadhan

 

Les mérites des dix derniers jours de Ramadhan

dixjours_de_ramadhane

 

Notre Seigneur accorde à Ses serviteurs les dons des bonnes choses et les périodes pour accomplir de bonnes œuvres, ainsi les pieux profitent de ces moments précieux, et ceux qui retournent toujours repentant à Allah, se repentent avant la fin de ces périodes de bien.

Les nuits d’un mois honorable sont presque terminées, les portes du Paradis sont ouvertes, les portes de l’Enfer sont fermées, et les diables sont enchaînés pendant ce mois.

Les dix dernières nuits de ce mois sont la couronne de toutes les nuits ; et lorsque ces dix derniers jours commençaient, notre prophèteSWSpassait les nuits à prier, réveillait sa famille et augmentait les adorations

Selon ‘Âicha  رضي الله عنها : « Arrivé aux dix derniers jours, le Messager d’Allah SWS serrait son Izâr[1], veillait ses nuits, et réveillait sa famille. » Dans une version, il est précisé : « il veillait ses nuits, réveillait sa famille, redoublait d’efforts, et serrait son Izâr. » Au cours des dix derniers jours du Ramadhan, le ProphèteSWS privilégiait de faire certaines œuvres qu’il ne faisait pas le reste du mois. Entre autres, il veillait ses nuits. Il est possible que cela signifie qu’il restait éveillé la nuit entière. Dans un Hadith de ‘Âisha en effet, celle-ci explique : « Le ProphèteSWS alternait les vingt premiers jours entre la prière et le sommeil, mais lorsque survenait les dix derniers jours, il ‘’retroussait ses manches’’ et serrait son Izâr. » Cela peut vouloir dire également qu’il faisait vivre la plus grande partie de la nuit. Cette hypothèse se fonde sur le Propos que nous rapporte Muslim dans son recueil e-Sahîh, selon lequel ‘Âisha déclare : « Je ne pense pas qu’il ait passéSWS la nuit en prière jusqu’à l’aube. » Par ailleurs, le Prophète SWS veillait à réveiller sa famille au cours des dix dernières nuits indépendamment des autres jours. Sufiân e-Thawrî affirme : « Quand viennent les dix derniers jours, je préfère que quelqu’un prît la nuit, qu’il redouble d’effort, qu’il réveille son épouse et ses enfants pour la prière s’ils se sentent capables de le faire. » Il est certifié à cet effet que le Prophète SWS frappait à la porte de Fatima et de ‘Ali pour leur dire : « Ne devriez-vous pas vous lever pour prier ! »

Il avait pour habitude de réveiller ‘Âisha avant de faire le Witr, au terme de sa veillée qu’il consacrait à la prière. Les Textes encouragent les époux à se réveiller mutuellement la nuit pour se vouer à la prière et éventuellement asperger de l’eau sur le visage du conjoint dont le sommeil est trop lourd. D’après el Mawatta, ‘Omar ibn el Khattab priait la nuit la durée qu’Allah voulait. Au milieu de la nuit, il réveillait sa famille en s’écriant : « La prière ! La prière ! » Il récitait notamment ce Verset : (Ordonne la prière à ta famille et endure-la). La femme d’Abû Mohammed Habîb el Fârisî lui répétait la nuit : « La nuit s’est s’effacée alors qu’entre nos mains le chemin est long et nos provisions sont bien maigres. La caravane des pieux est passée devant nous et nous, sommes restés sur place. »

 

 Pendant ces dix derniers jours, se trouve une nuit qui est la mère de toutes les nuits, elle renferme beaucoup de bénédictions, ses heures sont honorables, peu d’actions accomplies cette nuit a une grande valeur, et les actions y sont multipliées

 il faut s’atteler à rechercher cette nuit, en multipliant les prières surérogatoires la nuit, en lisant beaucoup le Coran, et en faisant beaucoup d’invocations. Il est également fortement recommandé de faire beaucoup de dhikr (évocation) afin d’exprimer la gloire d’Allah pendant cette nuit bénie et afin de voir ses demandes exaucées par Sa Permission.

Ibn Kathir  a dit : « Il est recommandé d’invoquer beaucoup à tout moment et plus que cela pendant le mois de Ramadan, les dix derniers jours et les jours impairs. Et on recommande fortement d’augmenter l’invocation avec cette supplication : « ô Allah, en effet Tu es le Tout-Pardonneur. Tu aimes le pardon, alors pardonne-moi. »

le serviteur a besoin d’effacer les saletés de ses péchés, de s’abaisser devant Allah et de Lui montrer qu’il a besoin de Lui pendant ces dix derniers jours bénis en accomplissant la retraite spirituelle [I’tikaaf] dans une maison parmi les maisons d’Allah, ceci est plus apte à ce que les péchés soient pardonnés et le serviteur peut espérer ainsi obtenir l’acceptation auprès d’Allah et Sa satisfaction.

Et le prophèteSWS accomplissait la retraite spirituelle pendant les dix derniers jours du mois de Ramadan jusqu’à ce qu’il meure.

À cette occasion, le Prophète SWS serrait notamment son Izâr. Les avis sont partagés pour expliquer le sens de cette expression. Certains savants prétendent que c’est une façon d’exprimer les efforts intensifs et intenses qu’il consacrait à l’adoration, mais cette hypothèse est sujette à discussion. En réalité, elle signifie qu’il s’isolait de ses femmes ; c’est ainsi que les prédécesseurs et les références anciennes comme Sufiân e-Tawrî l’ont interprété. Une autre hypothèse avance qu’il ne se mettait plus au lit jusqu’à la fin du Ramadhan. Dans le Hadith d’Anas en effet, il est précisé : « Il pliait son lit et s’isolait de ses femmes. »

Certains anciens assument concernant l’exégèse du Verset suivant : (maintenant vous pouvez les approcher, et recherchez ce qu’Allah vous a prescrit ) que cela correspond à rechercher la Nuit du Destin. Cela voudrait dire qu’Allah  a autorisé d’approcher les femmes pendant les nuits du Ramadhan jusqu’au moment de distinguer entre le fil blanc et le fil noir de l’aube. Il a enjoint avec cela de rechercher la Nuit du Destin, afin que les musulmans ne passent pas toutes les nuits du mois à profiter des relations licites avec leurs femmes au risque de laisser échapper cette nuit. En outre, Il a ordonné de rechercher cette fameuse nuit à travers la prière nocturne, surtout lors des nuits où il est plus propice de s’y trouver. À partir de là, on peut comprendre pourquoi le Prophète SWS voyait ses femmes les vingt premiers jours pour ensuite s’isoler d’elles afin de se concentrer à sa quête de la Nuit du Destin les dix derniers jours.

En outre, le Messager d’Allah SWS prenait son repas du matin juste avant l’aurore. Selon ‘Âisha et Anas, les dix derniers jours, il prenait son repas du soir avant l’aurore SWS. Les termes de ‘Âisha sont les suivants : « Le Messager d’Allah SWS dormait et priait pendant le Ramadhan. Les dix derniers jours, il serrait son Izâr, s’éloignait de ses femmes, se douchait entre les deux Edhân, et prenait avant l’aube son repas du soir. » Selon Abû Sa’îd el Khudrî, le Prophète a dit SWS : « Ne jeûnez pas sans interruption ; quiconque voudrait le faire sans interruption doit s’arrêter au moins juste avant l’aurore.

-          Toi, tu jeûnes bien sans interruption lui a-t-on fait remarquer !

-          Je ne suis pas comme vous a-t-il répliqué, quelqu’un la nuit me nourrit et m’abreuve. »

Visiblement, il SWS continuait de jeûner toute la nuit. Il le faisait probablement pour mieux affronter les dix dernières nuits. Il n’en était pas plus affaibli étant donné qu’Allah le nourrissait et l’abreuvait.

De plus, le Prophète SWS se douchait entre les deux prières de la nuit. Comme nous l’avons déjà vu avec le Hadith de ‘Âisha, il se douchait entre les deux appels à la prière (Edhân). Autrement dit, entre l’Edhân du Maghreb et celui du ‘Ishâ. Ibn Jarîr a souligné : « Les anciens appréciaient se doucher toutes les nuits des dix derniers jours. E-Nakha’î s’y douchait toutes les nuits. Certains se douchaient et se parfumaient les nuits les plus propices à la Nuit du Destin. Ayyûb e-Sikhtiyânî consacrait sa douche la nuit du vingt-trois et celle du vingt-quatre. Il revêtait deux vêtements neufs, se parfumait à l’encens, et disait : « La vingt-troisième nuit, c’est la nuit des gens de Médine, et la suivante c’est la notre », il entendait par-là les habitants de Bassora. » 

Il devient clair à travers cela qu’il est recommandé les nuits où l’on espère coïncider avec la Nuit du Destin de se laver et de se faire beau. Cela consiste à se faire propre en se douchant, se parfumant, et en portant des beaux vêtements comme il est légiféré de le faire le vendredi et les jours de fête. Il est légiféré également de se faire beau pour les prières en général. On ne peut embellir pleinement son extérieur sans embellir par-là même son intérieur à travers le repentir et le retour à Dieu  en se purifiant le cœur des souillures des péchés. Il ne sert à rien d’entretenir son aspect extérieur et de laisser l’intérieur complètement délabré.

Il n’est pas décent de s’entretenir avec les rois en privé sans peaufiner et purifier le corps et l’esprit en même temps. Que dire des relations avec le Roi des rois, Lui qui connaît les secrets les plus cachés. Il ne se contente pas de regarder vos aspects extérieurs, mais Il considère vos cœurs et vos actes. Quiconque se tient devant Lui doit embellir son corps par sa tenue et son cœur par le manteau de la piété.

Si quelqu’un ne revêt pas l’habit de la piété               Il est véritablement nu même s’il est tout habillé

Le mois va bientôt se terminer et s’en aller avec les actions que les serviteurs auront accomplies ; celui qui est doué d’intelligence, est celui qui termine le mois par un repentir sincère en s’éloignant des mauvaises actions et des péchés, et le perdant est celui qui se sera plongé dans les mauvaises actions et aura rencontré son Seigneur tout en Lui étant désobéissant. Et le repentir n’est pas un défaut, mais au contraire il fait partie des meilleures choses et des bonnes actions les plus aimées auprès d’Allah.

Demandez pardon à Allah encore plus à la fin du mois, ce sera alors une couronne sur vos bonnes actions et vos péchés seront effacés ; rappelez-vous qu’Allah tend Sa main pendant la nuit afin que se repente celui qui a commis des péchés pendant la journée, et Il tend Sa main pendant la journée afin que se repente celui qui a commis des péchés pendant la nuit, et ceci jusqu’à ce que le soleil se lève à l’Ouest.

Qu'Allâh nous guide sur le droit chemin, le chemin tracé par Son Noble Messager, Ses Compagnons, et ceux qui les ont suivis, Allâhumma Âmîn.

Wa Allâhou A'lam !

Et Dieu est Plus Savant !

 

 

 

 

 

 

Posté par isysm à 19:47 - - Commentaires [0]
Tags :

Le jeûne et le pardon divin

Le jeûne et le pardon divin

 

ramadhane13 

Louanges à Allah qui a distingué certaines de Ses créatures par les bienfaits qu’Il a bien voulu leur octroyer et que Son salut et Sa bénédiction soit sur Son Prophète.


Mon frère bien-aimé,
Voici le mois de Ramadan qui est venu frapper à ta porte.
Ramadan, le mois que les cœurs pieux ne cessent de désirer.
Ramadan, le mois auquel les âmes pieuses ne cessent d’aspirer.
Comment les cœurs ne pourraient-ils pas désirer le mois du bien et de la bénédiction ?
Comment les cœurs ne pourraient-ils pas aspirer au mois du pardon et de la miséricorde ? 
Mon frère bien-aimé,
Allah, exalté soit-Il, a distingué ce mois par de nobles caractéristiques et l’a différencié par de sublimes vertus.
C’est le mois du jeûne qui est un des piliers de l’Islam.
Le jeûne ; toute bonne action du fils d'Adam lui appartient à l'exception du jeûne qui appartient à Allah, exalté soit-Il, et c'est Lui qui en fixe la récompense.
C’est le mois durant lequel les portes du Paradis s’ouvrent et les portes de l’Enfer se ferment.
C’est le mois au cours duquel les diables sont enchaînés.
Mon frère bien-aimé,
Une des plus grandes vertus du mois de Ramadan est qu’il est une période propice pour obtenir le pardon de ses péchés.
Oui, le pardon dont nous avons tous besoin.
Le pardon qui, lorsqu’il est décrété par Allah, exalté soit-Il, vaut davantage que tous les biens de ce monde.
Les serviteurs seront-ils empêchés d’entrer au Paradis pour une autre raison que l’absence de pardon ?
Les serviteurs entreront-ils en Enfer pour autre chose que des péchés qui ne leur ont pas été pardonnés ?
Les péchés qui sont la cause de toute calamité et de tout malheur.
Les péchés qui engendrent ténèbres et désolation dans le cœur.
Les péchés qui mettent un voile entre vous et votre Seigneur et Maître.
Mon frère bien-aimé,
Ô toi qui recherche le pardon,
Ô toi que le poids des péchés oppresse, voici venu un des moments du pardon.
Lis ces hadiths authentiques concernant le jeûne du mois de Ramadan afin de prendre connaissance des rivières de pardon que contient ce noble mois.
1. Abû Hurayra, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète SWS a dit : 
« Quiconque jeûne le mois de Ramadan avec foi et espérance en la rétribution d'Allah, sera absous de tous ses péchés antérieurs. » (Boukhari).
2. Abû Hurayra, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète SWS a dit : 
« Les péchés commis entre les cinq prières obligatoires, entre deux vendredis successifs et entre deux mois de Ramadan successifs sont effacés à condition de ne pas commettre de péchés majeurs. » (Mouslim).
Quelle bonne nouvelle que celle du pardon. Ô vous qui jeûnez le mois de Ramadan avec foi et en espérant la rétribution d’Allah, exalté soit-Il, réjouissez-vous d’un pardon imminent, par la grâce d’Allah, exalté soit-Il.
Mon frère bien-aimé,
Si tu désires être pardonné, alors fais en sorte de t’abstenir des choses illicites avant de t’abstenir des choses licites. Que jeûnent ton ouïe, ta vue, ta langue et tous tes membres, car Allah, exalté soit-Il, t’a interdit de manger et de boire durant les journées du mois de Ramadan alors que ce sont des choses licites (le reste de l’année), et cela, afin d’attirer ton attention sur le fait qu’il faut à plus forte raison délaisser les choses illicites.
Si tu ne le fais pas, écoute au moins le hadith suivant du ProphèteSWS
« Celui qui ne renonce pas au mensonge, aux actes illicites qui en sont la conséquence, et aux actes dictés par l’ignorance Allah n’a que faire qu’il renonce à la nourriture et à la boisson. » (Boukhari).
Nulle divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah. Combien de personnes sont affamées, assoiffées, fatiguées et exténuées, mais n’ont aucune récompense parce qu’elles ne s’abstiennent pas des choses illicites.
Mon frère bien-aimé,
Allah, exalté soit-Il, n’a pas besoin de toi ni de ta faim ni de ta soif, mais Allah, exalté soit-Il, désire, à travers le jeûne, que tu deviennes pieux.
Oui, mon frère, Allah, , désire que tu atteignes la piété ; tel est l’objectif pour lequel Il a prescrit le jeûne (sens du verset) : «Ô les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l'a prescrit à ceux d'avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété. » (Coran 2/183). 
Deviens donc pieux afin d’accéder au pardon. Contrôle ta langue, baisse ton regard et préserve ton ouïe de toutes ces choses illicites afin de rompre ton jeûne dans les jardins du Paradis d’Allah, exalté soit-Il.

 Qu'Allâh nous guide sur le droit chemin, le chemin tracé par Son Noble MessagerSWS, Ses Compagnons, et ceux qui les ont suivis, Allâhumma Âmîn.

Wa Allâhou A'lam !

Et Dieu est Plus Savant !


 

Posté par isysm à 19:38 - - Commentaires [0]
Tags :
08 juillet 2015

La prière nocturne et le pardon divin



La prière nocturne et le pardon divin

 

assalate

 

Abû Hurayra qu'Allah soit satisfait de lui a rapporté que le Prophète SWS a dit : 

« Quiconque veille les nuits de Ramadan en prière avec conviction et espérance en la rétribution d'Allah, sera absous de tous ses péchés antérieurs. » (Boukhari).
Gloire à Allah ! Mon cher frère, ce ne sont que quelques nuits durant lesquelles tu te tiens devant Allah, exalté soit-Il, Le priant pour obtenir Son pardon, alors ais dans le cœur la résolution de prier durant le mois de Ramadan et sois sincère envers Allah, exalté soit-Il. 
Écoute cette bonne nouvelle annoncée par le Prophète SWS et rapportée par Abû Dhar, qu'Allah soit satisfait de lui : 
« L’homme qui accomplit la prière nocturne derrière l'imam jusqu'à ce que celui-ci termine la prière, aura la récompense de toute une nuit passée en prière. » (Tirmidhî)
Combien de fois le diable ne vient-il pas nous suggérer de manger à outrance au moment de la rupture du jeûne ? Puis lorsque vient le moment de la prière de Tarawîh, on se sent lourd et las et l’on n’arrive pas à se concentrer, car on ne pense qu’à terminer la prière au plus vite et l’on ne prend pas plaisir à l’accomplissement de cet acte d’adoration, que l’on ressent comme un fardeau.
Combien de fois le diable ne vient-il pas nous susurrer ses mauvais conseils lorsque la prière de Ichâ’ est à peine terminée pour nous rappeler nos occupations et nos activités afin que nous délaissions les prières de Tarawîh ? 
Il lui arrive de faire usage de son stratagème avec nous en nous faisant négliger la prière du Tarawîh, nous chuchotant qu’elle n’est que recommandée et non obligatoire ou que nos occupations et nos efforts pour gagner notre vie sont plus importants. Ou bien il nous suggère que le mois de Ramadan n’en est qu’à son début, que l’on est fatigué en raison du jeûne et que l’on peut attendre le lendemain pour commencer à prier avec assiduité les prières de Tarawîh.
Et c’est ainsi que le mois de Ramadan passe, nuit après nuit, et que l’on n’a veillé en prière qu’un nombre limité de ses nuits.


Abû Hurayra, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète SWS a dit : 
« Quiconque veille en prière la nuit du destin (Layla al-Qadr) avec foi et espérance en la rétribution d'Allah, sera absous de tous ses péchés antérieurs. » (Boukhari).
Une seule nuit durant laquelle on multiplie les actes d’adoration et d’obéissance. Cette même nuit pour laquelle le Prophète SWSfaisait une retraite spirituelle durant la dernière décade du mois de Ramadan afin de la trouver, alors qu’il était celui à qui Allah, exalté soit-Il, avait pardonné ses péchés passés et futurs. Il nous appartient donc, à nous qui ne connaissons pas notre destin et notre situation le Jour de la Résurrection, de nous efforcer de prier durant cette nuit-là. Cette nuit dont les prières équivalent à celles de plus de quatre-vingt-trois années. Allah, , dit (sens du verset) : « La nuit du destin est meilleure que mille mois. » (Coran 97/3).
Mon frère bien-aimé,
Je jure par Allah, , que les registres (des actes de l’homme) sont remplis de péchés et de mauvaises actions alors, ne devrions-nous pas les effacer en passant une seule nuit en prière ?
Afin de trouver cette nuit, vous devez passer les dix dernières nuits du mois de Ramadan en prière si vous êtes sincère dans votre recherche du pardon d’Allah.
Mon frère bien-aimé,
Des rivières de pardon sont en face de toi sur le point de couler, alors n’y plongeras-tu pas dans l’espoir qu’elles te purifieront, qu’elles effaceront des pages souvent sombres de ton registre d’actions, et qu’elles expieront des péchés qui depuis longtemps mettent un voile entre toi et ton Seigneur et Maître. 
Mon frère bien-aimé,
Toutes les causes de ton pardon sont réunies.
Par Allah, mon frère, Allah,  n’a ouvert les portes du Paradis que pour t'y faire entrer.
Par Allah, Il n’a fermé les portes de l’Enfer que pour t’en éloigner.
Allah, , n’a enchaîné les diables que pour que tu te tournes vers Lui et Son obéissance qui est la cause de Sa satisfaction et qui est, elle-même, la cause de ton bonheur et de ta réussite.

Qu'allah nous guide sur le droit chemin,le chemin tracé par son noble MessagerSWS ses compagnaons,et ceux qiu les ont suivis    Allahoumma Amin

Wa Allahou A'lam! et Dieu est plus savant!

 

 

 

 


 

 

 

Posté par isysm à 20:16 - - Commentaires [0]
Tags :
06 juillet 2015

Les clefs de la réussite pendant le Ramadan

 Les clefs de la réussite pendant le Ramadan

allah001

Le mois de Ramadan est une occasion propice pour se rapprocher de son Seigneur et gagner Son agreement. Pour tirer le maximum de profits de cette occasion nous conseillons les recommandations que voici :

1.    Invoquer Allah, , pour vous permettre d’atteindre le mois de Ramadan, et d’en tirer le plus grand bénéfice, comme nos Salafs le faisaient ;

2.    Avoir l’intention de jeûner chaque jour avec foi et une intention pure, en recherchant la rétribution d’Allah, , Seul. Le Prophète SWSa dit: « Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec foi et en espérant la rétribution d’Allah, verra ses péchés passés pardonnés. » (Boukhari) ;

3.    Lire le Coran en entier, au moins une seule fois, comme le Prophète SWSle faisait ;

4.    Prendre le repas du Souhour, comme le Prophète SWS l’a conseillé : « Prenez le repas du Souhour car il est béni. » ;

5.    Faire beaucoup d’invocations pendant le jeûne, car le Prophète SWS a dit que les invocations de trois personnes ne sont pas rejetées, parmi ces trois personnes le jeûneur figure en bonne place. Demandez donc le bien de cette vie et de celle de l’au-delà pour vous, pour votre famille et pour les musulmans en général ;

6.    Faire des invocations avant la rupture du jeûne. Le ProphèteSWS a dit : « Le jeûneur a une invocation qui est exaucée à la rupture de son jeûne. » ;

7.    Donner l’aumône et être bienfaisant envers les gens. Le ProphèteSWSqui était le plus généreux de tous les hommes l’était encore plus généreux pendant le mois de Ramadan ;

8.    Eviter tout ce qui amoindrit la qualité du jeûne et diminue sa rétribution, tel que le mensonge, la médisance, la tricherie, la colère. Le Prophète SWS a dit « Allah n’a que faire du jeûne (délaisser nourriture et boisson) de celui qui ne délaisse pas le faux témoignage (le mensonge), les mauvaises actions et la profération de mauvaises paroles.» (Boukhari) ;

9.    Ne pas trop manger après l’Iftar ;

10.            Demander le pardon d’Allah, Exalté soit-Il, puisque le mois de Ramadan est le mois où Allah, l, affranchit le plus de gens du feu de l’Enfer.

11.            Prier les Tarawihs avec Khouchou’ (recueillement). Si vous priez à la mosquée, effectuez la prière entière avec l’imam. Si vous priez à la maison, prolongez la prière autant que vous le pouvez. Le Prophète SWSa dit : « Celui qui prie pendant le mois de Ramadan avec foi et espoir de la rétribution (d’Allah) ses péchés passés seront pardonnés. »

12.       Nourrir les pauvres et inviter les autres à l’Iftar. Le ProphèteSWS a dit : « Celui qui nourrit un jeûneur aura la même rétribution que ce dernier, sans que cela ne diminue en rien la rétribution du jeûneur. »

13.        Redoubler d’efforts pendant les dix dernières nuits, plus particulièrement les nuits impaires. Le Prophète SWS faisait le maximum d’efforts pendant le mois de Ramadan, plus que pendant n’importe quel autre mois, et encore plus pendant les dix derniers jours.

14.       Faire cette invocation pendant les nuits qui sont plus susceptibles de coïncider avec Laylatoul Qadr : Allahoumma Innaka ‘Afouwwoune Touhibbou al-‘Afwa Fa’afou ‘Anni (Ô Allah, Tu es Absoluteur et Tu aimes le pardon, alors pardonne-moi donc. »

15.       Demander à Allah, , d’accepter tous vos bonnes actions pendant ce mois.  

Qu'allah nous guide sur le droit chemin, le chemin tracé par son noble MessagerSWS ses Compagnons,et ceux qui les ont suivis    Allahoumma Amin

Wa Allahou A'lam! Et  Dieu est plus savant!



Posté par isysm à 16:33 - - Commentaires [0]
Tags :

Les particularités du mois de Ramadan



Les particularités du mois de Ramadan

 

 

 

 


ramadhane11

Du fait des mérites éminents du mois de Ramadan, dont nous avons cité une partie dans un article précédent, Allah, Exalté soit-Il, a prescrit son jeûne aux musulmans comme Il l’a prescrit aux peuples précédents. Allah,  dit (sens du verset) « Ô les croyants ! On vous a prescrit as-Siyâm comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété » (Coran 2/183). Ainsi, Allah, , a-t-Il fait du jeûne du mois de Ramadan une obligation qui incombe à chaque Musulman et qui doit être effectuée conformément aux conditions fixées dans le Livre et la Sunnah. Il s’agit donc d’un acte d’adoration duquel les humains ne peuvent se passer, vu ses avantages et bénéfices, dont le bien qu’il ancre dans les âmes, la détermination sur la voie de la Vérité et l’éloignement des choses blâmables et de l’erreur.

 

 

Parmi les caractéristiques du mois de Ramadan, figure ce qu’a dit le ProphèteSWS« Dès que le mois de Ramadan arrive, les portes du Paradis s’ouvrent » (Boukhari). Et d’après Abou Hourayrah, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète SWSa dit :

« Quand le mois de Ramadan commence, les portes du Paradis sont ouvertes, les portes de l'Enfer sont fermées et les diables sont enchaînés ».

Il est clair que ces hadiths incitent les croyants à multiplier les bonnes œuvres qui mènent au Paradis, d’autant plus qu’elles sont facilitées et récompensées davantage pendant le mois de Ramadan, dans lequel Allah, Exalté soit-Il, a multiplié les facteurs qui nous aident à nous éloigner des désobéissances et a freiné les Diables et affaibli leurs stratagèmes.

Un autre mérite du jeûne de Ramadan a été affirmé par le hadith, rapporté par Abou Hourayrah, qu'Allah soit satisfait de lui, dans lequel le ProphèteSWSa dit :

« Quiconque jeûne le mois de Ramadan avec foi et en comptant sur la rétribution d'Allah, sera absous de tous ses péchés antérieurs » (Boukhari et Mouslim).

En d’autres termes, celui qui accomplit le jeûne du mois de Ramadan, convaincu que c’est une obligation, n’aspirant qu’à la récompense d’Allah, , et s’évertuant à appliquer la Sunnah, obtiendra le pardon d’Allah,.

Si la récompense du jeûne est multipliée de façon indéfinie, les bonnes actions du jeûneur auront également une récompense redoublée. D’après Salmaan, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète SWSa dit :

« Une bonne action accomplie au mois de Ramadan est équivalente à l’accomplissement d’une obligation religieuse durant les autres mois. Une obligation religieuse accomplie au mois de Ramadan est équivalente à l’accomplissement de soixante-dix obligations religieuses durant les autres mois »

Autrement dit, au cours du mois de Ramadan, la bonne œuvre ainsi que sa récompense sont accrues (sens du verset) « C’est là une grâce de ton Seigneur. Et c’est là l’énorme succès » (Coran 44/57).

Egalement pendant le mois de Ramadan, les Anges implorent Allah, , de dissimuler et d’effacer les péchés des jeûneurs. Le ProphèteSWS a dit àce propos dans un hadith rapporté par Abou Hourayrah, qu'Allah soit satisfait de lui : « Des Anges demandent le pardon d’Allah pour ceux qui jeûnent jusqu’à ce qu’ils rompent leur jeûne » (Ahmad). Il est établi que les Anges sont des créatures pures et nobles qui méritent qu’Allah, , exauce leurs invocations et pardonne ceux en faveur desquels ils ont imploré Son pardon, Exalté soit-Il, alors que les humains sont pécheurs et ont toujours besoin de se repentir et d’implorer le pardon de leur Seigneur, Exalté soit-Il. Dans le hadith Qodossi, Allah, , dit :

« Ô Mes serviteurs, vous commettez des péchés nuit et jour ; or, Je pardonne tous les péchés, alors demandez-Moi de vous pardonner et Je vous pardonnerai ».

Si donc le croyant demande le pardon d’Allah,  parallèlement aux invocations des Anges en sa faveur, n’est-il pas digne de réaliser les buts les plus sublimes ?

Ramadan est le mois de la compassion et de la bienfaisance, et Allah, , aime les bienfaisants et leur a promis Son pardon, ainsi que le Paradis et le succès. En fait, Al Ihsaane (bienfaisance) est le plus haut degré de la foi, et le rang, les délices et la célébration des bienfaisants au Paradis sont des plus insignes. Allah,  dit (sens du verset) « Recevant ce que leur Seigneur leur aura donné. Car ils ont été auparavant des bienfaisants » (Coran 51/16).

Au cours du mois de Ramadan, les Musulmans sont incités à nourrir les pauvres et à donner aux jeûneurs de quoi rompre leur jeûne, car ce sont des actions susceptibles d’apporter le pardon d’Allah, , de les affranchir du Feu, de multiplier la récompense des bonnes œuvres, de les mener au Bassin du Prophète SWSdont celui qui en boit une gorgée n’aura plus jamais soif – nous implorons Allah,, le Très Généreux de nous permettre d’en boire. Le fait de nourrir les pauvres est un moyen d’accès au Paradis, et Ramadan est un mois où les Musulmans sont favorisés par les moyens d’obtenir la miséricorde et le pardon d’Allah,, et d’être préservé du Feu. Comme sont insignes les faveurs de notre Seigneur le Noble, le Grand Pardonneur.

Ramadan est le mois de l’évocation d’Allah, et de l’invocation. Allah,  dit (sens des versets) 

·       « Et invoquez beaucoup Allah afin que vous réussissiez » (Coran 62/10) ;

·       « Invocateurs souvent d’Allah et invocatrices : Allah a préparé pour eux un pardon et une énorme récompense » (Coran 33/35) ;

·       « Et invoquez-Le avec crainte et espoir, car la miséricorde d’Allah est proche des bienfaisants » (Coran 7/56).

Et parmi les versets relatifs au jeûne, Il dit (sens du verset) :

« Et quand Mes serviteurs t’interrogent sur Moi… alors Je suis tout proche : Je réponds à l’appel de celui qui Me prie quand il Me prie » (Coran 2/186).

Ce qui prouve le lien étroit entre le jeûne et l’invocation d’Allah,  .

Ramadan contient la nuit d’Al-Qadr, de laquelle Allah, , dit (sens du verset) : « La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois » (Coran 97/3). Selon les ulémas, ce verset signifie que les œuvres accomplies pendant cette nuit sont meilleures que celles accomplies pendant mille mois, à savoir quelque quatre-vingt trois ans. Ce verset suffit pour souligner son mérite et son honneur, ainsi que l’importance de la veiller en prière – nous implorons Allah,, de nous le permettre chaque année. Le ProphèteSWSa dit : « Quiconque veille Laylat Al-Qadr avec foi et espérance en la rétribution d'Allah sera absous de tous ses péchés antérieurs », ce qui montre son mérite, et cela suffit comme gain et réussite.

Parmi les particularités du mois de Ramadan, figure le fait que le mérite de l’aumône qui y est faite est supérieur à son mérite durant les autres mois. Lorsque le Prophète SWSa été interrogé sur la meilleure aumône, il a répondu :« La meilleure aumône est celle effectuée au cours du mois de Ramadan » (At-Tirmidhi). Pour sa part, Ibn ‘Abbaas, qu'Allah soit satisfait de lui et de son père, a dit : « Le Prophète SWSétait particulièrement généreux pendant le mois de Ramadan, quand Djibriil (l’Ange Gabriel) venait le voir, chaque nuit du mois de Ramadan pour réviser avec lui le Coran. Le Prophète SWSétait alors plus généreux que le vent qui souffle sans cesse.» (Boukhari et Mouslim). Dans la narration de Ahmad : « Et jamais on ne lui demandait une chose SWSsans qu’il ne la donne ».

La générosité du ProphèteSWSaugmentait pendant le mois de Ramadan, afin de saisir l’occasion de l’honneur de ce mois et d’acquérir une récompense multipliée. D’après Salmaan, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète SWSa dit :

« Une bonne action accomplie au mois de Ramadan est équivalente à l’accomplissement d’une obligation religieuse durant les autres mois. Une obligation religieuse accomplie au mois de Ramadan est équivalente à l’accomplissement de soixante-dix obligations religieuses durant les autres mois »

Ceci montre que l’acquittement de l’aumône au moment de l’accomplissement du jeûne est plus à même d’expier les péchés et de protéger du Feu. Le Prophète SWSa dit :

·       « Le jeûne est une protection contre le Feu » ;

·       « Mettez-vous à l'abri de l'Enfer, ne serait-ce qu'en faisant l'aumône d'un morceau de datte ».

Parmi les particularités du mois de Ramadan, figue le fait que la récompense de la ‘Omrah qui y est effectuée équivaut à celle d’un Hadjj, puisque le Prophète SWSa dit : « Une ‘Omrah accomplie pendant le mois de Ramadan aura la récompense d’un Hadj », et dans une autre narration : « d’un Hadj en ma compagnie ».

Parmi ses spécificités, figure également le fait qu’il est le mois du Coran. Allah,, dit (sens du verset) :

« (Ces jours sont) le mois de Ramadân au cours duquel le Coran a été révélé comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement » (Coran 2/185).

La récitation du Coran, particulièrement au mois de Ramadan, la méditation de ses sens et l’imploration, par son biais a un impact sur la réforme des cœurs et sur l’orientation des gens vers la bonne ligne de conduite. Mettant l’accent sur le mérite de la récitation du Coran, le Prophète SWSa dit :

·       « Celui qui excelle dans la récitation du Coran sera avec les nobles et obéissants Anges, alors que celui qui le récite avec difficulté et en bégayant aura une double récompense » ;

·       « Récitez le Coran, car le jour de la Résurrection, il viendra intercéder en faveur de ses lecteurs assidus » ;

·       « Par ce Livre, Allah, Exalté soit-Il, élève (le rang de) certaines personnes » ;

·       « Le meilleur parmi vous est celui qui apprend le Coran et l’enseigne aux  autres ».

Si ces hadiths authentiques apportent les meilleures nouvelles à celui qui récite en général le Coran en y réfléchissant et en le méditant, qu’en sera-t-il donc si cette récitation est entreprise au cours du mois de Ramadan ?

Qu'allah nous guide sur le droit chemin, le chemin tracé par son noble MessagerSWS ses Compagnons,et ceux qui les ont suivis    Allahoumma Amin

Wa Allahou A'lam! Et  Dieu est plus savant!

 

 

 

 



Posté par isysm à 15:27 - - Commentaires [0]
Tags :